Etrabonne

Etrabonne

HISTORIQUE
Etrabonne est située au Nord-Ouest de la communauté de communes du Val saint-vitois et du département du Doubs, entre le Moutherot au nord, Mercy-le Grand au sud, Lantenne-Vertière à l’est.

Le village s’étend sur un plateau en pente légère, au bas duquel se trouve le château sur une avancée dominant la vallée. A ses pieds, un entonnoir engloutit l’eau de la source des Trois Rois, qui alimente une résurgence dans le village voisin de Courchapon.

Cliquez sur la carte pour sélectionner une autre commune de la CCVSV
L’Histoire

Les seigneurs d’Etrabonne sont attestés dès 1084 comme vassaux de l’archevêque de Besançon. Dans leur château, qui date de cette époque, ils fondent en 1140 une chapelle dédiée aux Trois Rois Mages.
Ces derniers font l’objet d’un culte particulier dans le villlage.
A partir du IIIe siècle, les habitants d’Etrabonne sont mainmortables. Philippe le Bon, duc de Bourgogne, crée en 1436 le bailliage d’Etrabonne.
Lorsque la famille d’Etrabonne disparaît à la fin du XVe siècle, la seigneurie passe à la famille d’Aumont puis en 1723 à Jena Pourcheresse, riche propriétaire des forges de Fraisans et conseiller au Parlement de Franche-Comté.

L’agriculture est traditionnellement l’activité principale du village, notamment l’élevage, la culture des céréales, et surtout de la vigne qui couvrait 25 hectares en 1750.

La population atteint trois cent dix-huit âmes en 1820 et tombe à moins de cent après 1945.
Aujourd’hui, la commune compte cent quarante habitants. La construction de plusieurs maisons, l’arrivée de jeunes couples avec de jeunes enfants donne un nouvel élan, fait espérer un renouveau de la commune d’Etrabonne. Et ce renouveau attendu, ne pourrait-il pas être le prolongement de ce passé qui a profondément marqué le village, si le riche patrimoine historique qui en subsiste, devenait un attrait touristique pour les Francs-Comtois ?

GENERALITES
Superficie : 542 ha, altitude : 252 m
Nombre d’habitants : 150 hab
Nom des habitants : les Etrabonnais
Canton : Audeux

Les commentaires sont clos.